Menu

Technocité
Nos formations
Nos services entreprise
Infos pratiques
Validation des Compétences
 
 

Nos projets

COFFEE
DigiBIRD
DIGISTORM
Stages d'été
 
 

Avec le soutien de

 

Les formations longues à TechnocITé sont souvent l’occasion de développer un projet ambitieux et de mettre en pratique un savoir-faire acquis tout au long du stage. Ces projets réalisés par les stagiaires sont aussi une excellente occasion de s’essayer au travail en équipe et d’apprendre à maîtriser les équilibres délicats d’un travail collaboratif. Une expérience passionnante et un défi que nous relate Frédéric Plumey, qui a suivi la formation Studio Virtuel qui s’est achevée en juillet dernier. Il revient pour nous sur la genèse du projet.

Frédéric Plumey a terminé ses études à l’école Albert Jacquard (Namur) en 2010. Il a depuis réalisé un court-métrage pour téléphone en 2D/3D, primé au festival Anima et a ensuite travaillé pour une société de postproduction. Après un peu de temps à officier comme infographiste, il a décidé de diversifier ses expériences et de s’inscrire à la formation Studio Virtuel de TechnocITé. Avec d’autres stagiaires, il a lancé l’idée d’un projet d’émission consacrée à l’astronomie et entièrement réalisée grâce aux techniques de studio virtuel.

« Notre but était de faire rêver les gens mais aussi de vulgariser le savoir lié à l’astronomie. Il s’agit d’un sujet très scientifique, il était donc nécessaire de le rendre plus accessible. Nous souhaitions aussi valoriser la région en travaillant avec des entreprises locales. Pour cette raison, nous avons opté pour un partenariat avec le club d’astronomie de Mons Olympus mais aussi avec le centre spatial de Liège, qui s’est montré très réceptif » explique-t-il.

« Nous avons rencontré pas mal de difficultés au départ, car on ne savait pas trop par où commencer. Chacun dans l’équipe possède un bagage différent et a sa spécialité, que ce soit l’écriture, le son, la 3D. Il a fallu concilier tout cela » poursuit-il. « Nous étions deux à travailler sur le projet en continu mais il y avait une dizaine de personnes impliquées indirectement : un ingénieur son, un monteur vidéo, quelqu’un qui travaille sur l’écriture, les professeurs chargés de l’encadrement, une personne pour le compositing. Il y a aussi des externes auquel on a fait appel, comme un compositeur pour la musique et un comédien pour présenter l’émission. »

Mais quels sont les écueils inhérents à ce type de projets et comment concilier des profils aussi divers au sein d’une même équipe ?

« C’est un projet qui demande une grande polyvalence. À la base, nous sommes deux techniciens en infographie et on a donc tendance à s’attacher à l’esthétique en oubliant parfois un peu l’histoire en route mais heureusement les professeurs étaient là pour nous recadrer. Tant pour ce qui est technique qu’artistique, nous nous sommes beaucoup réunis au début du projet pour décider de ce qu’on voulait faire. Ça a pris près de deux mois. Le plus dur a été d’imposer l’idée de départ mais une fois cela arrêté, les choses se sont bien déroulées. »

Et Frédéric de regarder vers le futur : « J’aimerais pouvoir faire produire d’autres pilotes par de vrais producteurs et que ça ait l’air le plus professionnel possible. »

En attendant la suite, on peut déjà admirer le résultat du premier pilote…

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

La formation TechnocITé Techniques de production en Studio Virtuel