Menu

Technocité
Nos formations
Nos services entreprise
Infos pratiques
Validation des Compétences
 
 

Nos projets

Avec le soutien de

 

Cover-classe-virtuelle

Technocité forme à distance les experts de notre société digitale

Apprendre un métier dans une classe virtuelle !

Vendredi 20 mars, 7h45, 3ème jour de confinement. Le réveil sonne, Yvan se prépare un bon café avant de rejoindre son groupe de formation en développeurs gaming orienté Intelligence Artificielle. Ceci grâce au principe de virtualisation de l’enseignement mis en place depuis le mercredi 18 mars par Technocité (Mons – Hornu - Tournai).

La société digitale est aujourd’hui une réalité, les récents événements liés à la pandémie covid 19 nous le rappellent chaque jour. Nous prenons conscience de l’importance de l’infrastructure qui rend possible à distance la perpétuation de nos activités professionnelles, sociales et de loisirs : télécommunications, systèmes de gestion d’information, plateformes de distribution de contenus, …

En tant que centre de compétence de la Wallonie, Technocité contribue à la société digitale en formant chaque année 5000 personnes aux métiers du numérique dans les filières des technologies de l’information et de la communication et des industries culturelles et créatives. Tout en respectant les consignes du Conseil national de sécurité, il était hors de question de mettre à l’arrêt pendant plusieurs semaines des dizaines de demandeurs d’emploi engagés dans des parcours de formation qualifiante. Grâce au concept de « classe virtuelle », l’activité du centre continue !

La classe virtuelle, ce n’est pas de l’e-learning

Se qualifier pour un métier demande du travail, de l’exigence, de la rigueur, de la structuration. Un accompagnement permanent avec tout l’outillage nécessaire est essentiel. Le principe de la classe virtuelle réside en la mise en place d’une solution la plus proche possible de ce que le Centre propose dans une salle de formation classique, avec pour seule différence le fait que le formateur, comme les stagiaires, restent à la maison. Il ne s’agit donc pas ici d’e-learning, mais de virtualisation des formations de Technocité qui se fondent sur une approche en présentiel… mais à distance !

Pour mettre sur pied une classe virtuelle, plusieurs volets sont à envisager : le hardware (matériel), le software (logiciel), l’environnement d’échange (la plateforme de visioconférence), les télécommunications (abonnement Internet avec suffisamment de data), le reporting (prise de présences au cours) et l’adaptation des horaires qui passent de 8 à 6h par jour devant l’écran.

Du jeu vidéo à la classe virtuelle !

Fort d’un équipement performant financé par le programme européen FEDER (Fond Européen de Développement Régional) et d’une expertise technique en interne, Technocité a pu mettre en route en 48 heures, 7 sur ses 9 groupes engagés dans des formations qualifiantes (« Développeur.euse.s Javascript », « Administrateur.trice.s réseaux orienté virtualisation », « Administrateur.trice.s réseaux orientés services IP », « UX Webdesign », « Game designer », « 2D/3D orienté gaming » et « Développeur.euse.s en gaming orienté Intelligence Artificielle ») en recyclant une plateforme collaborative pour gamers en interface d’apprentissage à distance.

CLASSE - Installations des groupes Gaming 5

« Plateforme développée par des gamers pour des gamers, « DISCORD » est un système de vidéoconférence simple d’utilisation avec chat » commente Richard Roucour, directeur adjoint de Technocité. « Elle permet un contact permanent entre les stagiaires et le formateur ». Installées au sein de l’environnement de Technocité sur son propre serveur, les classes virtuelles peuvent se tenir en toute indépendance en évitant la saturation caractéristique de la plupart des plateformes en temps de mise au télétravail massive. Autre ingrédient : la mise à disposition de tous les stagiaires de la suite Office 365 grâce à la certification « Microsoft Academy » de Technocité. Le volet « accès à la connexion Internet » est quant à lui pris en charge par la plupart des opérateurs de télécommunication qui dans la crise covid19, ont passé tous leurs abonnements Internet en illimité sans frais. Quant à l’équipement des stagiaires en matériel suffisamment performant, « la réponse a été apportée par un outil très léger du nom de « AnyDesk » qui permet de prendre à distance le contrôle d’un ordinateur. Chaque stagiaire a donc à sa disposition une machine très performante, avec les logiciels adéquats, qui se trouve dans une salle de formation à Technocité et qu’il pilote de chez lui. »

D’où la confection de plans par salle de formation afin de distribuer chacune des machines à un stagiaire : de l’analogique au virtuel, il n’y a qu’un pas !

CLASSE - Plan des classes gaming 3

« C'est finalement, dans notre malheur, un exercice plutôt formateur. On est dans une dynamique de suivi des différents groupes (on circule de groupe en groupe) et ça marche plutôt bien. Les étudiants suivent les directives (micros coupés pendant les interventions, etc.) et sont réactifs. » Fabrice, formateur en Game design

« L’outil de prise de contrôle Anydesk est parfaitement adapté, je peux prendre le contrôle des PC des stagiaires en même temps qu’eux pour leur expliquer ou réexpliquer quelque chose qu’ils n’auraient pas bien compris. Discord nous permet de streamer les slides et les démos sans problèmes. » Yann, formateur en Administrateur Système orienté virtualisation

Enfin, les centres de compétences du Forem sont tenus à des obligations en matière de reporting pour authentifier la participation des stagiaires aux modules de formation de chez eux. Un système de posting sur un « channel » de Discord, doublé de la prise des présences par le formateur, a été mis en place, le tout contrôlé scrupuleusement par un membre du personnel administratif du centre.

CLASSE - Capture - présences

Les classes virtuelles sont rendues possibles grâce aux partenaires de Technocité : le Fond Social Européen (FSE) qui finance ses activités de formation, Le Forem, le Cefora et Design & Innovation qui ont adhéré à la démarche.

Les autres activités menées par Technocité à savoir celles à destination des entreprises, des indépendants et des enseignants, ont quant à elles été mises en suspens.

Du présentiel au virtuel, le monde de la formation serait-il amené à plus longue échéance à faire sa transition culturelle ?