Menu

Technocité
Nos formations
Nos services entreprise
Infos pratiques
Validation des Compétences
COFFEE
ARTECH
DAN
DigiBIRD
 
 

Avec le soutien de

feder
Hainaut Wallonie Agoria
forem Cefora InterregIV
cdc
DW-Couleur-CMJN
 

cover.net

Dans quelques semaines, Technocité accueillera un nouveau groupe de stagiaires venus apprendre le métier de développeur .NET au travers d’une formation qualifiante de plusieurs mois.
Mais, concrètement, comment se déroule cette formation ? Quelles sont ses avantages et que peut-elle apporter à celui/celle qui la suite ? Pour vous éclairer sur le sujet, nous avons demandé à Vladimir Brasseur, formateur chez Wavenet, de revenir sur celle qu’il a animée l’an dernier.

La formation commence, en général, par une partie plus théorique qui permet au stagiaire de se familiariser avec le secteur et lui apprendre les particularités du développement .NET comme ASP, C#, ADO, la sécurité, … Les bases de données avec le langage SQL et l'administration d'un serveur SQL. Vient ensuite l’apprentissage du développement pour diverses plateformes (Windows, IOS, Android...) dans un environnement Microsoft, grâce à Xamarin, ou encore l’utilisation d’Azure, le cloud de Microsoft.

« Quand je pense à la formation Développeur .NET orienté multi-device, je me dis que c’est un tout. Dans un premier temps, le stagiaire apprend les bases de données, la modélisation, les langages de programmation, … En règle générale, il doit « tout » apprendre car nous ne savons jamais réellement ce qui sera demandé par un futur employeur ».

Ensuite, pour apprendre au stagiaire à faire face à la réalité du terrain, Technocité met en place une phase plus pratique et collaboratrice : l’atelier.

L’atelier est un moment ressenti comme intense par les participants, il est sans doute le moment clé de la formation car il va faire appel à tout ce qu’ils ont retenu. L’atelier est géré de A à Z par le groupe. A partir de ce moment-là, le formateur s’efface pour devenir un client et pas n’importe quel client ! Un client exigeant parfois un peu « incapable » sur lequel il ne faudra pas compter.
En simulant une situation réelle de terrain, le groupe de stagiaires va alors réagir, proposer des idées, trouver des solutions.

« Il faut un socle solide pour bien démarrer ? Tiens, pourquoi pas Scrum !
Comment être sûr de comprendre son client, de partir dans la bonne direction ? Parfois, un schéma vaut mieux qu’un long discours et, justement, c’est ce qu’UML propose. Comme il n’y a pas que la logique mais aussi l’interface du/ des logiciels, un logiciel de mockup s’impose... Heureusement, Balsamiq a été vu… et les enchainements se poursuivent, encore et encore. Chaque module théorique appris au préalable prend sa place, il n’y en a pas un qui soit inutile. »

Cette phase de la formation apporte non seulement une vérification des connaissances acquises mais, elle permet également au stagiaire de se confronter à lui-même, de découvrir parfois certaines ressources qu’il ne pensait pas posséder mais, le plus important, elle lui offre de la satisfaction, un sentiment de travail accompli et une réelle confiance en lui pour la suite.

Chaque année, les stagiaires regorgent d’idées et de motivation. Parfois il faut même un peu les freiner ! L’an dernier, par exemple, un stagiaire souhaitait recréer une plateforme de type Amazon. Un autre aurait aimé réinventer Netflix… Finalement, le groupe s’est mis d’accord sur « Needit », un site qui permet d’être prévenu lorsqu’un nouvel épisode de notre série préférée s’apprête à sortir.

« Au départ, il était convenu de créer un site internet. Ensuite, nous nous sommes aperçus que le client souhaiterait également une application adaptée aux smartphones et tablettes. Une fois d’accord sur le sujet, il a fallu qu’on s’organise.
En général, j’aime voir le projet final comme un jeu de rôle. Je présente les différents métiers que l’on rencontre habituellement dans une équipe de développement (développeur, intégrateur, analyste, chef de projet, …) et je demande ensuite qui est tenté de jouer tel ou tel rôle. Nous nous lançons dans la rédaction du cahier des charges pendant que les autres rôles se documentent. Les premières réunions dévoilent tout ce qui n’a pas été pris en compte dans l’estimation initiale…

Benoit se charge des esquisses, Amandine préfère la base de données, l’équipe se forme et se soude. Le chef de projet planifie les phases de discussions, distribue les tâches, tout le monde s’affaire.

Benjamin se rend compte qu’il faut récupérer une bonne partie des séries qui existent (leurs noms, acteurs, saisons, …) et met au point un petit programme qui tournera la nuit. Après réflexion, cela représente des dizaines de milliers d’enregistrements et il lui faudra plusieurs nuits avec la peur au ventre que l’ordinateur ne s’éteigne pas ».

Après quelques jours, un premier aperçu du site était disponible :

needit

Et, avec lui, quelques problèmes sur lesquels s’interroger : la recherche ne fonctionne pas, l’authentification non plus. Comment faire pour que ces fonctionnalités apparaissent. L’équipe doit alors y retravailler, trouver une stratégie et régler rapidement le problème.

needit-2

« Ce n’est finalement que dans les toutes dernières heures qu’une insertion dans l’agenda Google du membre devient réalité. Ce n’est pas parfait compte tenu du timing mais la fierté est là malgré tout ».

En parallèle du site web, l’application mobile est créée. Le projet est conçu avec Xamarin.

« Benoit et Nicolas ont proposé différents modèles d’applications avec l’avis des développeurs car il ne faut pas proposer au client des idées que l’on est incapable de concrétiser. Après validation des schémas par le client, le travailler des développeurs commence ».

Et la motivation peut parfois porter loin !

« Je me souviens que c’est à ce moment-là que Samuel et Nicolas ont accompli un petit miracle ! Avec beaucoup de documentation et une très bonne dose de motivation, ils ont réussi à produire une application qui dépassait même les notions vues au cours ! »

needit-3 needit-4

Côté mobile, il aura finalement manqué une petite journée pour que toutes les fonctionnalités prévues soient implémentées. Mais, le produit développé reste un très bon produit.

La formation se clôture par une présentation du projet réalisé. Un dernier moment « stress » (pourtant si gratifiant), les derniers échanges productifs et puis, il faudra se lancer… pour de vrai !

Le secteur informatique vous passionne ? Vous avez envie de faire partie de l’équipe 2019 ? Inscrivez-vous dès maintenant et participez à notre séance d’informations.

Retrouvez le programme complet de la formation Développeur .NET organisée du 25 mars au 25 octobre 2019 à Hornu.